Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de la musique classique et de l'orgue
  • Le blog de la musique classique et de l'orgue
  • : Bienvenue sur mon blog ! Vous trouverez ici tout ce qui est en rapport avec la musique classique en général et avec l'orgue en particulier.Bonne visite et n'hésitez pas à me laisser vos commentaires.
  • Contact

Profil

  • Jean-Michel Saincierge

Recherche

17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 17:24

TOULOUSE, 17 déc 2008 (AFP) - L'Ensemble baroque de Toulouse (EBT), qui fête jeudi ses 10 ans d'existence, s'est lancé comme défi d'interpréter une à une les quelque 200 cantates de Bach, un dimanche par mois, pendant près de 25 ans.

Le projet de jouer l'intégralité des cantates du compositeur allemand a débuté à l'automne 2007. Dimanche dernier, l'EBT a interprété devant plus de 400 personnes sa treizième cantate.

Dès 17H00, les chaises de l'église Saint-Exupère, elle-même de style baroque, étaient prises d'assaut pour la répétition ouverte au public. La performance, appelée "Cantates sans filet", a pour règle que l'orchestre et ses invités ne répètent l'interprétation commune qu'une heure et demie avant sa présentation formelle.

Michel Brun, fondateur et chef d'orchestre de l'EBT, donne ses premières indications aux musiciens sous l'oeil et l'oreille attentive du public. "Il faut régler l'équilibre entre l'instrumentation et le choeur", dit-il aux 39 musiciens et chanteurs, dont 12 étaient, dimanche, des invités.

Il livre aussi des explications sur l'oeuvre: "Cette joie-là, que doit exprimer le choeur, a été créée en l'honneur de l'assemblée municipale", dit-il en se tournant vers le public. "Alors, soyez heureux!", lance-t-il aux choristes, sous le rire complice des spectateurs.

La gratuité des concerts, rendue possible grâce à la participation bénévole des musiciens de l'EBT, et l'invitation au public de chanter avec le choeur le choral final, court hymne qui conclut la cantate, contribue au succès de l'opération.

"Les gens me disent que le plus important pour eux c'est la répétition, car ils voient le travail du musicien en train de se faire", explique Michel Brun.

"Dans le luthérianisme, le public connaissait les paroles", souligne-t-il. "En répétant les cantates juste avant de les jouer, on retrouve lors des concerts l'esprit de l'époque où Bach en écrivait une par semaine", ajoute-t-il.

Laurent Pellerin, violon solo de l'orchestre national du Capitole de Toulouse, fait partie de ces musiciens bénévoles "par pur plaisir". "C'est une occasion unique de jouer ces cantates", explique-t-il.

Livret en mains, avec partition et paroles du choral final, le public éclectique est mis à contribution. Avec un sourire radieux, Michel Brun dirige un choeur de 400 personnes qui murmure, fredonne ou chante selon les cas.

"Ce n'est pas très pédagogique, mais je dois vous dire que ce n'était pas bien", lance-t-il aux chanteurs amateurs. "Allez, on reprend la première phrase", leur enjoint-il.

Après trois répétitions, le chef d'orchestre, satisfait de l'interprétation en allemand du public, donne à 18H30 le coup d'envoi de la représentation dans son ensemble, avec au final la participation des spectateurs qui accompagnent le choeur.

A Leipzig, Amsterdam ou Paris, les 200 cantates de Bach sont également interprétées, mais "c'est seulement à Toulouse qu'elles sont proposées gratuitement et que le public est invité à participer à leur création", explique M. Brun.

"Ces cantates de Bach sont, pour nous tous, un absolu de la musique", ajoute-t-il, avec l'espoir qu'il dirigera, dans 23 ans, la dernière des cantates interprétées par l'EBT. "J'ai calculé que j'aurai 75 ans. Si je n'arrive pas jusque-là, j'espère que l'on aura passé le flambeau aux jeunes".

Concert "l'EBT fête ses 10 ans", jeudi à 20H30 à l'église Saint-Exupère à Toulouse.



Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Michel
commenter cet article

commentaires