Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de la musique classique et de l'orgue
  • Le blog de la musique classique et de l'orgue
  • : Bienvenue sur mon blog ! Vous trouverez ici tout ce qui est en rapport avec la musique classique en général et avec l'orgue en particulier.Bonne visite et n'hésitez pas à me laisser vos commentaires.
  • Contact

Profil

  • Jean-Michel Saincierge

Recherche

26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 19:26
PARIS, 24 nov 2009 (AFP) - "C'est une aventure tellement merveilleuse, elle mérite tous les sacrifices": à 84 ans, le doyen des grands pianistes en activité, l'Italien naturalisé français Aldo Ciccolini, confie à l'AFP une passion intacte pour la musique.
        A son âge, la plupart des maîtres du clavier sont retirés de la scène. Aldo Ciccolini, lui, a un calendrier bien rempli: avant un récital à la Halle aux grains de Toulouse le 15 décembre, il jouera mercredi et jeudi à la Salle Pleyel en compagnie de l'Orchestre de Paris.
        Il y a près d'un quart de siècle que le pianiste et la formation n'avaient pas joué ensemble. "Il y a eu une période un peu glaciale, et on s'est retrouvés", se réjouit Aldo Ciccolini.
        A Pleyel, il interprètera le quatrième des cinq concertos de Saint-Saëns, qu'il a d'ailleurs intégralement enregistrés en 1970 avec cet orchestre. Une goutte d'eau dans l'immense répertoire gravé par Aldo Ciccolini pour La Voix de son Maître entre 1950 et 1991: EMI France vient de réunir ce legs en un coffret de 56 CD.
        Après sa victoire au concours Long-Thibaud de 1949, et durant plus de quatre décennies, le pianiste aura enregistré des oeuvres d'une quarantaine de compositeurs différents, de Scarlatti à Ravel, avec une curiosité pour des musiciens moins célèbres, comme le Russe Arenski ou l'Espagnol Mompou.
        "Je pars du principe qu'un artiste devrait essayer de tenir compte de tous les aspects de la musique, c'est le devoir d'un concertiste de présenter des oeuvres et des auteurs peu connus", souligne-t-il.
        L'histoire retiendra que c'est un Napolitain qui, dans la deuxième moitié du XXe siècle, aura été l'un des plus ardents défenseurs du piano français, instruit dans ce domaine par des maîtres comme Marguerite Long, Alfred Cortot et Yves Nat. Aldo Ciccolini, qui a enregistré l'intégrale des oeuvres de Debussy, Massenet, Satie et Séverac, est intarissable sur "la magie de la musique française, son extrême pudeur". Ecrite "d'une façon miraculeuse" selon lui, cette musique "peut devenir très émouvante sans passer par la passion".
        C'est comme si le répertoire français avait été composé pour ce pianiste au jeu équilibré et sensible, qui fuit les effets de manches dans tout ce qu'il touche -- Liszt par exemple, dont il a été l'un des premiers à sortir certaines oeuvres de l'oubli.
        "Je crois que c'est très facile de faire le pianiste échevelé, en jouant très rapidement, très fort et en faisant des gestes très théâtraux, alors qu'à mon avis l'artiste doit se faire oublier comme entité physiologique", dit le maître.
        Professeur au Conservatoire de Paris dans les années 1970 et 80, Aldo Ciccolini n'en a pas fini avec la pédagogie: il donne des master-classes en France, en Italie et jusqu'au Japon, et dispense ses conseils aux concurrents du concours Long-Thibaud, dont il préside le jury.
        "C'est une activité qui m'enchante. Il n'y a rien de plus émouvant pour moi que de voir le talent d'un jeune garçon ou d'une jeune fille se développer comme une fleur. Ce sont mes enfants, c'est la seule famille qui me reste", confie-t-il.
        Aldo Ciccolini n'a pas de "remède miracle" expliquant sa longévité au clavier. "Je vis très simplement. Je suis affligé d'une insomnie inguérissable. Mais comme je prends les choses par le bon côté, quand je ne peux pas dormir je descends au deuxième étage et je travaille", dit-il.
        "Il est nécessaire à mon âge de travailler beaucoup plus que si j'avais 45 ans", souligne-t-il. Un "sacerdoce" -- "quoi que je sois athée", dit-il --, que vaut bien la musique, "la chose la plus belle" qui soit.



Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Michel
commenter cet article

commentaires