Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de la musique classique et de l'orgue
  • Le blog de la musique classique et de l'orgue
  • : Bienvenue sur mon blog ! Vous trouverez ici tout ce qui est en rapport avec la musique classique en général et avec l'orgue en particulier.Bonne visite et n'hésitez pas à me laisser vos commentaires.
  • Contact

Profil

  • Jean-Michel Saincierge

Recherche

7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 09:30

Église Sainte-Marguerite Paris

dimanche 8 mai à 12h 15 

Entrée libre

Concert-conférence autour de l'œuvre 

d'Antoine Calvière

Antoine CALVIÈRE (1695-1755), Motet du Miracle de Sainte-Marguerite dans une transcription de Marie-Christine STEINMETZ, organiste titulaire du grand orgue de Sainte-Marguerite

Véronique Dupuy-Patey, soprano, Muriel Allin, viole de gambe, Brigitte Gaussot, orgue 

Pièces pour orgue des XIXe et XXe siècles (Camille SAINT-SAËNSAuguste FAUCHARD, 2e mouvement de la Symphonie Mariale, Marseillaise version Pierre Cochereaupar Marie-Christine STEINMETZ  

Les recherches de Monsieur Julia, chercheur au C.N.R.S., sur l'œuvre de Calvière, seront présentées par Thierry ADHUMEAU, musicologue et conférencier  

La guérison miraculeuse d'Anne Charlier, Dame de la Fosse le 31 mai 1725

Anne Charlier souffre de perpétuelles hémorragies depuis vingt ans et est abandonnée des médecins. Contre l'avis même de son confesseur, pendant la procession de la Fête-Dieu, elle se traîne sur les genoux pour suivre le Saint-Sacrement criant : "vous avez guéri la femme de l'Evangile : pardonnez-moi mes pêchés et je serai guérie."

Sa foi et sa confiance l'ont elle aussi sauvée. Elle dit à son chirurgien : "un plus grand médecin que vous m'a guérie."

Après une longue enquête, le cardinal de Noailles, Archevêque de Paris, publia son mandement authentifiant le miracle. Anne de la Fosse jouit dès lors d'une excellente santé; elle continua de vivre au 63 rue de Charonne auprès de son mari, maître ébéniste de renom. Elle mourut en 1760.

Détail assez curieux, Voltaire fut au nombre des témoins entendus dans l'enquête : "Le miracle du faubourg Saint-Antoine m'a donné un petit vernis de dévotion" (lettre du 20 août 1725). 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Michel
commenter cet article

commentaires