Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de la musique classique et de l'orgue
  • Le blog de la musique classique et de l'orgue
  • : Bienvenue sur mon blog ! Vous trouverez ici tout ce qui est en rapport avec la musique classique en général et avec l'orgue en particulier.Bonne visite et n'hésitez pas à me laisser vos commentaires.
  • Contact

Profil

  • Jean-Michel Saincierge

Recherche

9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 20:11

Aimez-vous Brahms ?

A cette question fameuse, le plus français et européen des pianistes américains, Nicholas Angelich, répond par l'affirmative, en affichant sa passion sans exclusive de la musique romantique, en concert et au disque.

Le musicien, qui fêtera ses 40 ans en décembre, se produira mercredi soir en récital à Lyon puis samedi à Paris, au Théâtre des Champs-Elysées, dans un programme associant Beethoven à Rachmaninov.


Mais c'est Brahms qui, une nouvelle fois, devrait mettre Nicholas Angelich sous les projecteurs.


Le pianiste le jouera le 20 mars dans le cadre du Printemps des arts de Monte-Carlo et sortira lundi son septième album consacré au compositeur allemand chez Virgin Classics (EMI).

Au programme de ce disque: les "Klavierstücke" op.76, dont Nicholas Angelich flatte la "beauté sauvage et âpre", selon ses mots. Mais aussi le 2e "Concerto pour piano", où il dialogue de manière féconde avec l'Orchestre de la Radio de Francfort dirigé par Paavo Järvi.


"Ce concerto m'accompagne depuis des années, depuis mon enfance en fait", confie à l'AFP l'artiste. Une jeunesse très musicale: son père est violoniste à l'Orchestre symphonique de Cincinnati (Etats-Unis), sa mère est pianiste et a été son premier professeur, "très tôt et pendant très longtemps".

Elle avait "étudié avec une élève d'Alfred Cortot", glisse son fils pour évoquer les liens familiaux avec la grande école française de piano. Lui-même arrivera dès l'âge de 13 ans en Europe pour parfaire sa formation, au Conservatoire de Paris, auprès d'Aldo Ciccolini, Yvonne Loriod et Michel Béroff.

"Je suis Américain mais ça fait plus de 25 ans que je vis ici, alors je suis presque Français ! Et je me sens très proche de l'Europe, de l'idée de toutes ces cultures différentes réunies", souligne Nicholas Angelich, qui se voit comme "un Gipsy", eu égard au "côté très déraciné de son histoire familiale - son père est originaire de Macédoine, sa mère de Russie.


Si Brahms convient bien à sa technique solide, le pianiste affiche un certain éclectisme. "Mon répertoire fait une large place à la musique allemande et à la musique romantique, mais il ne faut pas s'enfermer", fait-il valoir.


nicholas angelich 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Michel
commenter cet article

commentaires