Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de la musique classique et de l'orgue
  • Le blog de la musique classique et de l'orgue
  • : Bienvenue sur mon blog ! Vous trouverez ici tout ce qui est en rapport avec la musique classique en général et avec l'orgue en particulier.Bonne visite et n'hésitez pas à me laisser vos commentaires.
  • Contact

Profil

  • Jean-Michel Saincierge

Recherche

29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 16:43

 

180px-Violin-Viola.jpg

  • NIGEL KENNEDY Mardi 30
  • au Palais des Congrès Paris.
  •  
  • Le violoniste hors normes aux 2 millions de disques vendus jouera mardi «Les Quatre Saisons» de Vivaldi et les «Concertos pour violon» de Bach au Palais des congrès avec son propre orchestre.
  •  

    Nigel Kennedy gesticule sur scène, salue le public poing levé à la façon d'un rappeur. Pourtant c'est l'un des plus grands violonistes classiques de sa génération. Sous ce visage d'éternel adolescent surplombé d'une mèche rebelle se cache pourtant un ancien élève modèle de l'école pour jeunes prodiges de Yehudi Menuhin. Comment cet héritier d'une longue lignée de musiciens classiques britanniques en est-il donc arrivé à de telles excentricités, sans perdre le respect ni l'estime de ses pairs? Pour Lizzie Ball, premier violon de l' Orchestra of Life qui accompagne sa tournée Bach-Vivaldi, la réponse est claire: «Il a une technique ahurissante. Lorsque vous le voyez jouer, vous ne pouvez plus rien lui refuser.»

    Le public du concert qu'ils donnèrent mercredi dernier à Rosenheim, en Allemagne (pays réputé pour son exigence musicale), lui a donné raison. Plus de dix minutes de standing ovation saluèrent trois heures d'une virtuosité et d'une énergie qui, pour un musicien de 53 ans, tiennent quasiment du miracle. «Je travaille encore ma technique plus de deux heures par jour, explique-t-il après le concert. Surtout, j'ai la chance de jouer aujourd'hui tous types de violons. J'en ai tellement à la maison que je n'arrive pas à les compter. Cette multiplicité d'expériences est excellente pour entretenir les doigtés et le jeu d'archet. C'est comme un sportif qui a besoin de plusieurs types d'exercices pour s'échauffer.»

    Au panthéon de l'artiste figurent d'ailleurs tous types de compositeurs et d'interprètes. «Je dois beaucoup à Menuhin, qui m'a donné le goût des choses spirituelles, Bach notamment. Mais mon grand modèle classique reste Fritz Kreisler : il jouait avec son cœur avant de jouer avec sa tête.» Un précepte que Kennedy a fait sien dès ses débuts.

    En 1989, ses Quatre Saisons avec l'English Chamber Orchestra se vendent à 2 millions d'exemplaires. «La maison de disques m'avait dit qu'avec de la chance on en vendrait peut-être 5000. Pour une surprise, ce fut une sacrée bonne surprise. Mais j'ai aussi découvert à ce moment-là les excès de la surmédiatisation: on a voulu me faire faire des concerts en play-back, il n'était plus du tout question de musique…»

     

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Michel
commenter cet article

commentaires