Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de la musique classique et de l'orgue
  • : Bienvenue sur mon blog ! Vous trouverez ici tout ce qui est en rapport avec la musique classique en général et avec l'orgue en particulier.Bonne visite et n'hésitez pas à me laisser vos commentaires.
  • Contact

Profil

  • Jean-Michel Saincierge

Recherche

20 décembre 2008 6 20 /12 /décembre /2008 08:51

 Le violoncelliste jean-Guihen Queyras


8 Février 2009 : Les Victoires de la musique classique

La star du piano Hélène Grimaud figure parmi les artistes nommés aux Victoires de la musique classique 2009, qui seront décernées le 8 février lors d'une émission diffusée par France 3 en direct de l'Arsenal de Metz, ont annoncé les organisateurs jeudi dans un communiqué.

Hélène Grimaud affronte dans la catégorie "soliste instrumental de l'année" deux autres pianistes, Pierre-Laurent Aimard et David Fray.

Trois sopranos concourent pour le titre d'"artiste lyrique de l'année": Annick Massis, Patricia Petibon et Sandrine Piau.

La "formation de musique de chambre de l'année" sera le Quatuor Ebène, le duo formé par le violoncelliste Jean-Guihen Queyras et le pianiste Alexandre Tharaud ou le Trio Wanderer.

Karol Beffa, Philippe Hersant et Bruno Mantovani sont eux en lice pour le trophée du "compositeur de l'année".

Une "Victoire d'honneur" sera décernée aux soeurs pianistes Katia et Marielle Labèque lors de cette soirée parrainée par le ténor Roberto Alagna.

Les 16e Victoires de la musique classique seront présentées, comme c'est le cas depuis 2006, par un tandem formé d'un spécialiste (le musicien et animateur de radio Frédéric Lodéon) et d'une béotienne (la journaliste de télévision Marie Drucker).

La principale émission de musique classique à la télévision, dont l'audience était tombée à 1,36 million de téléspectateurs en 2008, ne sera cette fois pas retransmise en première partie de soirée en semaine, mais le dimanche 8 février à 16h20 en direct sur France 3.

France Inter diffusera la cérémonie le soir-même à partir de 21h00.
AFP



Partager cet article
Repost0
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 16:23

VIENNE, 18 déc 2008 (AFP) - Alfred Brendel, l'un des plus grands pianistes de l'histoire de la musique, fait ces jours-ci ses adieux au public dans le prestigieux "Auditorium doré" du Musikverein à Vienne.

Au programme de ces deux ultimes concerts avec l'orchestre Philharmonique de Vienne sous la direction de Sir Charles Mackerras, mercredi et jeudi : le concerto numéro 9 pour piano de Mozart, K.271, appelé "Jeunehomme" qui clôt une carrière de plus de 60 ans.

Wolfgang Amadeus Mozart a écrit ce concerto à l'âge de 21 ans en le truffant d'innovations surprenantes et d'une exubérance de mélodies sans limites.

Alfred Brendel est né le 5 janvier 1931 à Wiesenberg, à l'époque en Moravie, région appartenant aujourd'hui à la République tchèque.

Lorsqu'on l'interroge sur ses aptitudes musicales il insiste sur le fait qu'il n'a jamais été un enfant prodige.

"Mes parents n'étaient pas musiciens. Il n'y avait pas de musique à la maison. Je ne suis pas un bon déchiffreur de partition ni doué d'une mémoire phénoménale", précise-t-il sur son site internet.

Exceptées quelques leçons de piano ici et là, ses parents déménageaient souvent, entre l'âge de six et seize ans, Alfred Brendel, aux origines autrichienne, allemande, italienne et slave, se décrit essentiellement comme un autodidacte.

Pour son premier récital à l'âge de 17 ans, en 1948 à Graz en Styrie dans le sud de l'Autriche, il joue des oeuvres de Bach, Brahms et Lizst ainsi qu'un morceau qu'il a composé lui-même.

"Durant ma jeunesse, ma carrière n'était pas sensationnelle, elle progressait petit à petit", raconte-t-il sur son site.

Le tournant a lieu lors d'un concert consacré à Beethoven donné à Londres où il a élu domicile depuis 1971. Après cette soirée trois grandes sociétés de production de disques lui offrent plusieurs contrats.

Depuis, Brendel s'est hissé au rang d'un des artistes les plus prolifiques avec des disques d'un répertoire incluant tous les grands noms, de Bach à Haydn en passant par Weber, Schumann, Liszt, Brahms, Mussorgsky et Schoenberg.

Pourtant il a développé une prédilection pour Beethoven, Mozart et Schubert et affirme être le premier pianiste à avoir enregistré toutes les oeuvres pour piano de Beethoven. Il est également l'un des rares à en avoir fait de même pour les concertos pour piano de Mozart.

Le Dictionnaire Grove de la musique et des musiciens décrit d'ailleurs Brendel comme "étant capable d'atteindre ce stade de la +simplicité+ qui fait que l'auditeur a la sensation que la musique n'est pas jouée mais qu'elle existe par elle-même."

Il est auteur également de nombreux livres sur la musique et de prose humoristique.



Partager cet article
Repost0
18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 17:24

Ne manquez pas, dans "Organo pleno", l'émission de Benjamin François sur France Musique, la diffusion d'un enregistrement des Grandes Orgues Historiques de Rozay en Brie (17° siècle), le lundi 22 décembre à 22h30.

Vous avez la possibilité d'écouter à nouveau cette émission sur Internet à l'adresse:

http://www.radiofrance.fr/francemusique/em/organo-pleno/archives.php?e_id=65000051

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 17:24

TOULOUSE, 17 déc 2008 (AFP) - L'Ensemble baroque de Toulouse (EBT), qui fête jeudi ses 10 ans d'existence, s'est lancé comme défi d'interpréter une à une les quelque 200 cantates de Bach, un dimanche par mois, pendant près de 25 ans.

Le projet de jouer l'intégralité des cantates du compositeur allemand a débuté à l'automne 2007. Dimanche dernier, l'EBT a interprété devant plus de 400 personnes sa treizième cantate.

Dès 17H00, les chaises de l'église Saint-Exupère, elle-même de style baroque, étaient prises d'assaut pour la répétition ouverte au public. La performance, appelée "Cantates sans filet", a pour règle que l'orchestre et ses invités ne répètent l'interprétation commune qu'une heure et demie avant sa présentation formelle.

Michel Brun, fondateur et chef d'orchestre de l'EBT, donne ses premières indications aux musiciens sous l'oeil et l'oreille attentive du public. "Il faut régler l'équilibre entre l'instrumentation et le choeur", dit-il aux 39 musiciens et chanteurs, dont 12 étaient, dimanche, des invités.

Il livre aussi des explications sur l'oeuvre: "Cette joie-là, que doit exprimer le choeur, a été créée en l'honneur de l'assemblée municipale", dit-il en se tournant vers le public. "Alors, soyez heureux!", lance-t-il aux choristes, sous le rire complice des spectateurs.

La gratuité des concerts, rendue possible grâce à la participation bénévole des musiciens de l'EBT, et l'invitation au public de chanter avec le choeur le choral final, court hymne qui conclut la cantate, contribue au succès de l'opération.

"Les gens me disent que le plus important pour eux c'est la répétition, car ils voient le travail du musicien en train de se faire", explique Michel Brun.

"Dans le luthérianisme, le public connaissait les paroles", souligne-t-il. "En répétant les cantates juste avant de les jouer, on retrouve lors des concerts l'esprit de l'époque où Bach en écrivait une par semaine", ajoute-t-il.

Laurent Pellerin, violon solo de l'orchestre national du Capitole de Toulouse, fait partie de ces musiciens bénévoles "par pur plaisir". "C'est une occasion unique de jouer ces cantates", explique-t-il.

Livret en mains, avec partition et paroles du choral final, le public éclectique est mis à contribution. Avec un sourire radieux, Michel Brun dirige un choeur de 400 personnes qui murmure, fredonne ou chante selon les cas.

"Ce n'est pas très pédagogique, mais je dois vous dire que ce n'était pas bien", lance-t-il aux chanteurs amateurs. "Allez, on reprend la première phrase", leur enjoint-il.

Après trois répétitions, le chef d'orchestre, satisfait de l'interprétation en allemand du public, donne à 18H30 le coup d'envoi de la représentation dans son ensemble, avec au final la participation des spectateurs qui accompagnent le choeur.

A Leipzig, Amsterdam ou Paris, les 200 cantates de Bach sont également interprétées, mais "c'est seulement à Toulouse qu'elles sont proposées gratuitement et que le public est invité à participer à leur création", explique M. Brun.

"Ces cantates de Bach sont, pour nous tous, un absolu de la musique", ajoute-t-il, avec l'espoir qu'il dirigera, dans 23 ans, la dernière des cantates interprétées par l'EBT. "J'ai calculé que j'aurai 75 ans. Si je n'arrive pas jusque-là, j'espère que l'on aura passé le flambeau aux jeunes".

Concert "l'EBT fête ses 10 ans", jeudi à 20H30 à l'église Saint-Exupère à Toulouse.



Partager cet article
Repost0
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 18:41

A Thomery, l'église Saint-Amand était comble dimanche dernier pour le concert donné par les chorales La Croche Choeur de Veneux-lès-Sablons dirigée par Laure-Marie Meyer et
Saint-Amand de Thomery dirigée par Stéphane Seyer, accompagnées par l'organiste
titulaire Jean-Michel Saincierge.
Au programme des oeuvres de Rameau, Stradella, Bizet, Schubert, Vivaldi...et des Noëls

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 17:43

En 2009, l'Autriche commémorera le bicentenaire de la mort de Joseph HAYDN, pendant près de 30 ans compositeur attitré des Esterhazy, une des plus riches familles de l'empire austro-hongrois.

L'intégralité des 107 symphonies de Haydn (1732-1809) et une bonne partie de sa musique de chambre seront interprétés pendant toute l'année au Palais Esterhazy à Eisenstadt, et ses 12 messes jouées dans les églises de la ville.

L'hommage se terminera par une nouvelle production de l'opéra "Il mondo della luna" à Vienne en décembre.

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 09:48

Trois documents manuscrits du compositeur allemand Jean-Sébastien Bach datant de 1743, 1745 et 1748 ont été découverts dans les archives de l'Université de Leipzig (est de l'Allemagne), a annoncé vendredi le centre des archives de Bach.


Ces écrits sont des lettres de recommandation que le musicien avait rédigées pour trois élèves du lycée Saint-Thomas, l'un des plus anciens établissements scolaires d'Allemagne, associé à l'église Saint-Thomas, où Bach était à l'époque maître de chant. Ces élèves étaient candidats à une bourse universitaire.


En avril, l'université Martin-Luther en Saxe-Anhalt (est de l'Allemagne) avait annoncé que le reste d'une composition pour orgue de Bach avait été découverte par des chercheurs. Jusqu'alors, seules les cinq premières mesures de cette fantaisie autour de la cantate sacrée "Wo Gott der Herr nicht bei uns hält" ("Où le Seigneur Dieu n'est pas à nos côtés") étaient connues.


Depuis la réunification de l'Allemagne en 1990, des compositions inconnues de Bach sont régulièrement découvertes.
AFP

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 10:22

A lire avec humour :

Quelle est la différence entre une choriste
et un pirhana?
Le rouge à lèvres.
Partager cet article
Repost0
11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 19:31

Pour le plaisir une musique originale
sur l'orgue de Notre-Dame de Paris
par Jean-Paul Imbert :

http://www.youtube.com/watch?v=dxgQBw5wJCI
Partager cet article
Repost0
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 18:47

PARIS, 9 déc 2008 (AFP) - Le ténor franco-italien Roberto Alagna a inauguré mardi soir à Paris son double de cire sur la scène du théâtre à l'italienne de Grévin, en présence de sa famille et du chef de "(son) clan des Siciliens", son père, a-t-il précisé.

"C'est incroyable! C'est un véritable choc et c'est très troublant. On a l'impression de ne pas se reconnaître, comme si on croisait un inconnu mais familier", a confié Roberto Alagna.

Le personnage de cire du ténor trônera au côté de son "maître" Luciano Pavarotti, non loin de la partie du musée dédiée à l'esprit de la brasserie parisienne où Maria Callas est immortalisée en grande conversation avec le couturier Jean-Paul Gaultier.

Dans une tenue de concert - un costume noir, chemise et cravate assorties qu'il a offerts au Grévin -, Roberto Alagna est représenté debout, dans l'exercice de son art, sous le regard complice de Pavarotti.

Quand les 700.000 visiteurs annuels du musée s'approcheront du personnage de cire, un système déclenchera l'enregistrement de "L'Air du condamné", extrait de l'opéra populaire "Le dernier jour d'un condamné" que ses frères David et Frédérico ont spécialement composé pour Alagna. Dans quelques mois, c'est un duo entre Alagna et Pavarotti qui sera diffusé.

L'artiste a été accueilli à Grévin par la journaliste Eve Ruggieri qui a été la première à l'inviter à la télévision française dans son émission "Musiques au coeur".

Partager cet article
Repost0