Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de la musique classique et de l'orgue
  • : Bienvenue sur mon blog ! Vous trouverez ici tout ce qui est en rapport avec la musique classique en général et avec l'orgue en particulier.Bonne visite et n'hésitez pas à me laisser vos commentaires.
  • Contact

Profil

  • Jean-Michel Saincierge

Recherche

15 janvier 2008 2 15 /01 /janvier /2008 19:09

alto.jpgVous pouvez voter pour les VICTOIRES DE LA MUSIQUE 2008 en accédant au site suivant :

http://lesvictoires.com/classique/vote.htm

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2008 2 15 /01 /janvier /2008 19:06

Olivier-Messiaen.jpg 

Il y a 100 ans naissait Olivier Messiaen, un contemporain déjà classique
PARIS, 5 jan 2008 (AFP) Par Benoît FAUCHET


Le monde musical va fêter tout au long de 2008 le centenaire de la naissance d'Olivier Messiaen, le pédagogue, l'organiste, le croyant féru d'ornithologie mais surtout le compositeur qui, plus de 15 ans après sa mort, est toujours un contemporain et déjà un classique.

L'année "Messiaen 2008" devrait fédérer 700 concerts dans 27 pays et 147 villes, en France bien sûr (175 concerts prévus), mais aussi en Grande-Bretagne, en Allemagne, aux Pays-Bas, aux Etats-Unis, en Suède, en Chine et au Japon.

Signe de l'engouement suscité par ce compositeur majeur du XXe siècle, les organisateurs n'attendront pas le jour anniversaire -- le 10 décembre 1908 à Avignon -- pour lancer les célébrations: le "concert d'inauguration" du centenaire aura lieu lundi soir à Paris, au Théâtre des Bouffes du nord.

"Olivier Messiaen est devenu un classique dans beaucoup de pays", explique le délégué général de l'association Messiaen 2008, Claude Samuel. "Il a joué un grand rôle dans la modernité musicale et en même temps s'est situé au-delà des modes avec une oeuvre abordable par un large public", fait-il valoir.

Si le public de Messiaen est "considérable", il "peut encore être élargi", estime l'organisateur. L'association Messiaen 2008 a donc enrichi son programme commémoratif d'un important volet pédagogique, avec une manifestation-phare: les conservatoires ont été invités à faire interpréter simultanément, le 10 décembre, le "Quatuor pour la fin du Temps", composé en captivité en 1940.

Les célébrations mettront en lumière l'héritage reçu (Mozart, Berlioz, Debussy...) par Messiaen comme ses nombreux héritiers. Ce théoricien fut en effet un pédagogue recherché, notamment au Conservatoire de Paris, où un grand nombre de ceux qui feront l'avant-garde de la seconde moitié du XXe siècle (Pierre Boulez, Pierre Henry, Karlheinz Stockhausen, Iannis Xenakis...) ont suivi son enseignement.

Le piano -- l'instrument de sa seconde épouse et de sa première interprète, Yvonne Loriod -- tient une place essentielle dans le catalogue du compositeur, riche de plus de 80 pièces. Son nom restera aussi associé à l'orgue, qu'il a pratiqué pendant six décennies, jusqu'à sa mort en 1992, à l'église de la Trinité à Paris, où un grand cycle de concerts est programmé cette année.

Messiaen était organiste liturgique en catholique convaincu. Sa foi inébranlable se lit dans le titre voire le propos de ses oeuvres, comme dans "Et exspecto resurrectionem mortuorum" -- jouée 28 fois dans le monde en 2008 -- et dans son unique opéra, l'imposant "Saint François d'Assise" (1983), représenté à Varsovie et Amsterdam cette saison.

Le maître confessait une passion singulière pour l'ornithologie, convaincu que "les oiseaux sont les plus grands musiciens qui existent sur notre planète". Les cartes de visite de l'auteur de la "Turangalîla-Symphonie" (60 interprétations en 2008) le présentaient d'ailleurs comme "ornithologue et rythmicien", une façon de dire aussi son goût du rythme (d'inspiration hindoue notamment), associé à celui de la couleur.

Cette "musique en vitrail", selon les mots de Messiaen lui-même, possède une expressivité et un pouvoir de séduction immédiats.

Mais l'homme, modeste, garde sa part de secret: un mystère que ne lèvera pas pleinement l'année "Messiaen 2008", en dépit de l'importance des hommages (festivals à Londres et en Suède, "automne" à Montréal, conférence internationale à Birmingham...) qui lui seront rendus, sans compter les parutions de disques et de livres.

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2008 1 14 /01 /janvier /2008 18:42

o03.jpg                      Mes mains aux claviers de l'orgue de
                             Saint-Pierre-lès-Nemours.

L'ANGOISSE DE LA PAGE BLANCHE !

Me voici enfin sur la page du premier article de mon blog après quelques démêlés de
configuration, de mise en page... et ce n'est pas terminé !

Je voudrais faire de ce blog un espace sur lequel je pourrai, outre m'exprimer, donner des
informations et relater l'actualité musicale, raconter des annecdotes de musiciens, avec en prime une petite dose d'humour si possible.

N'hésitez pas à me laisser vos commentaires.

Comme je suis un peu en manque d'inspiration (je me cherche encore sur ce blog...) je vais
vous rapporter aujourd'hui une annecdote parue dans le "Musical Progress" en 1913 :

On raconte qu'un chanteur de music-hall, voulant faire mettre en musique des paroles qui lui plaisaient beaucoup, résolut de s'adresser à un compositeur de grande popularité, il lui écrivit donc pour le prier d'harmoniser sa chanson et termina par ces mots : "Envoyez vite chant, si bon, j'enverrai chèque".
Et le compositeur de répondre : "Envoyez chèque, si bon, j'enverrai chant".

Partager cet article

Repost0